Home

Article publié le 28/07/2012 sur elwatan.com

En cette période ramadanesque et estivale, où les journées sont longues et les occupations limitées, quoi de mieux que la lecture d’un bon livre à l’ombre d’un olivier. Avec les conseils de lecture de la librairie Kalimat d’ Alger, vous ferez mieux que tuer le temps.

(En mots et en sons, cet article débute avec un fond sonore : celui de la librairie. Vous pouvez lancer la bande son tout en poursuivant votre lecture. Si toutefois les conversations des clients ne vous gênent pas…)

À écouter: L’ambiance de la librairie Kalimat

Les librairies sont en voie de disparition à Alger. Pour le lecteur à la recherche de conseils avisés, les lieux se font rares. Rythmée par le grincement de la porte d’entrée mais surtout par les arrivages de nouveaux livres, la librairie Kalimat se situe à deux pas de la rue Didouche Morad, sur le boulevard Victor Hugo.

Pour qui ne connait pas bien le centre ville, le meilleur repère est une agence Nedjma qui fait l’angle de ces deux rues commerçantes. Encore plus pratique, la station de métro Khelifa Boukhalfa débouche à moins de cent mètres. Cet emplacement privilégié explique-t-il l’affluence ? Ou faut-il voir du côté des récentes fermetures d’autres lieux prisés comme la fameuse librairie des Beaux arts ? Toujours est-il que la librairie ne désemplit pas.

Les habitués ne s’y trompent pas. L’un deux confie: » Ici, on vous guide. Ils finissent pas savoir ce que les gens veulent. On peut demander de la littérature très pointue, ils sont au courant ». Pour Fatiha Soal, la libraire de Kalimat, son rôle de libraire consiste justement à « suivre le gout des lecteurs tout en les conseillant ».

Depuis plusieurs années déjà, l’interêt des lecteurs se portent vers les livres traitant de la guerre d’Indépendance. Fait notable, la production nationale est particulièrement vigoureuse cette année. Elle nous livre donc quelques recommandations de lecture pour cet été.

Cinquantenaire de l’Indépendance oblige, le sujet concentre une grande partie de la production littéraire du moment. Rien de nouveau sous le soleil ? Pas tout à fait. « Ces derniers temps, on a eu des livres plus critiques et certains abordant le rôle de Messali Hadj. Chose que l’on avait l’habitude de ne voir qu’à l’étranger », commente la libraire. Les livres-témoignages tiennent une bonne place dans les rayons également. Elle avance une explication: « Ces gens arrivent peut-être à un âge où ils n’ont plus peur de se dévoiler et de dire la réalité ».

À écouter: Livres sur la guerre d’Indépendance

L’histoire plus récente intéresse aussi les lecteurs, surtout la « décennie noire ». Fatiha Soal déclare d’emblée que la production littéraire est pauvre de ce côté-là. « Surtout des romans et peu d’essais », dit-elle. Puis au cour de la conversation, plusieurs références émergent. « Ca commence petit à petit », conclue-t-elle.

À écouter: Les livres sur la « décennie noire »

  • Aderrahmane Hadj-Nacer – La martingale algérienne
  • Lahouari Addi – Chroniques d’une expérience post-coloniale de modernisation
  • Hocine Bellaloufi – La démocratie en Algérie, réforme ou révolution ?

Sortis de ces deux sujets, le coup de coeur de la libraire s’écrit sur une partition arabo-italo-française. Amara Lakhous vit en Italie, écrit en arabe et est traduit en français. A cheval entre tous ces univers, il parle de l’exil et du racisme sous toutes ses formes. L’autre coup de coeur de la libraire va autant à un livre, qu’à une rencontre: celle de « La moudjahida Annie Fiorio-Steiner ». C’est le titre du livre que lui consacre la journaliste Hafida Ameyar. Et une rencontre car Fatiha Soal a la chance de voir cette héroïne franchir le seuil de sa librairie fréquemment.

À écouter: Les conseils de lecture de la libraire de Kalimat

Parfois les rôles s’inversent, les conseillés deviennent conseilleurs. Autrement dit, quand les lecteurs plébiscitent un polar algérien, le livre trouve une place de choix sur les présentoirs.

À écouter: Le choix des lecteurs

  • Azdine – L’étrangleur d’Alger

Dernière curiosité avant de refermer cette parenthèse livresque: que lit notre libraire ? Là où se mélange travail et plaisir, les lectures de Fatiha Soal mêle le passé et le présent, l’ici et l’ailleurs. Et sa position lui permet aussi de consulter des livres que nous ne sommes pas prêt de voir en Algérie.

À écouter: Lectures estivales d’une libraire

Avec tout cela, si vous n’avez toujours pas trouvé votre bonheur, on ne peut plus rien pour vous !

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s